HANDICAP, DROITS, SEXUALITE, LIBERTINAGE, HETERO, GAYS, BIS...

HANDICAP, DROITS, SEXUALITE, LIBERTINAGE, HETERO, GAYS, BIS...

VICTIME DE DENIGREMENT DE MENSONGES ET PIRE


Discréditer les victimes: La méthode est invariable mais efficace

DOSSIERSDEJUSTICES

 

Discréditer les victimes: La méthode est invariable mais efficace

 

 

La méthode ne varie jamais... Dans tous les témoignages, c'est quasiment identique. D'abord, se forger l'aspect d'une personne "irréprochable"... Apprendre à mentir avec brio, plus c'est faux, plus cela doit sonner juste... Apprendre à maîtriser l'hypocrisie, ce n'est pas donné à tout le monde... S'introduire dans des milieux où on va trouver des complices utiles; et surtout, apprendre l'art de la manipulation... Car dans toutes ces affaires, les coupables ont acquis une expérience démesurée de la manipulation. Et ça marche à tout les coups. Ils ou elles réussissent à faire avaler non pas des couleuvres mais des pythons à qui ils veulent.

 

Doucement, avec la bonté divine de pratiquant(e)s exemplaires, le travail de dénigrement va s'opérer. Il suffit de faire avaler à une population toute prête à croire n'importe quoi les pires mensonges, les calomnies les plus hideuses, et véhiculer les bruits les plus lamentables qui soient... Ensuite, il faut sans cesses contacter les amis et les connaissances de celui ou de celle qu'il faut anéantir. Là encore, on ne sait pas par quel processus ça fonctionne. Les amis vont lâcher la personne ciblée, ses connaissances vont la (le) fuir. L'individu se retrouve seul. Si l'homme ou la femme à abattre trouve un ou une petit(e) ami(e), c'est sans difficulté que les monstres réussiront à casser cette liaison, toujours selon la même méthode: discréditer, mentir, manipuler l'autre... L'isolement de la proie est l'obsession des coupables... L'autre finira bien par se suicider, et si cela tardait, il suffirait de l'aider un peu...

Le discrédit est donc la clé de voûte d'une manoeuvre consistant à isoler la victime, à la rendre impopulaire et bien sûr, la faire passer pour un(e) demeuré(e)... Au cas où la victime viendrait à parler, plus personne ne pourrait la (le) croire. Car de l'autre côté, le (la) coupable est une personne respectable... Très respectable...

Pourtant, ce ne sont pas les proverbes ou autres citations qui manquent: «L'habit ne fait pas le moine» , «la mauvaise réputation» de Georges Brassens, «Ces gens-là» de Jacques Brel et même des romans comme «Vipère au poing» d'Hervé Bazin... Dans tous les témoignages, plus la diffamation est grossière, plus elle passe facilement. On finirait pas se demander si cela nourrit la psychose des gens de vouloir croire de telles monstruosités...

 

La méthode ne varie jamais... Dans tous les témoignages, c'est quasiment identique. D'abord, se forger l'aspect d'une personne "irréprochable"... Apprendre à mentir avec brio, plus c'est faux, plus cela doit sonner juste... Apprendre à maîtriser l'hypocrisie, ce n'est pas donné à tout le monde... S'introduire dans des milieux où on va trouver des complices utiles; et surtout, apprendre l'art de la manipulation... Car dans toutes ces affaires, les coupables ont acquis une expérience démesurée de la manipulation. Et ça marche à tout les coups. Ils ou elles réussissent à faire avaler non pas des couleuvres mais des pythons à qui ils veulent.

 

Doucement, avec la bonté divine de pratiquant(e)s exemplaires, le travail de dénigrement va s'opérer. Il suffit de faire avaler à une population toute prête à croire n'importe quoi les pires mensonges, les calomnies les plus hideuses, et véhiculer les bruits les plus lamentables qui soient... Ensuite, il faut sans cesses contacter les amis et les connaissances de celui ou de celle qu'il faut anéantir. Là encore, on ne sait pas par quel processus ça fonctionne. Les amis vont lâcher la personne ciblée, ses connaissances vont la (le) fuir. L'individu se retrouve seul. Si l'homme ou la femme à abattre trouve un ou une petit(e) ami(e), c'est sans difficulté que les monstres réussiront à casser cette liaison, toujours selon la même méthode: discréditer, mentir, manipuler l'autre... L'isolement de la proie est l'obsession des coupables... L'autre finira bien par se suicider, et si cela tardait, il suffirait de l'aider un peu...

Le discrédit est donc la clé de voûte d'une manoeuvre consistant à isoler la victime, à la rendre impopulaire et bien sûr, la faire passer pour un(e) demeuré(e)... Au cas où la victime viendrait à parler, plus personne ne pourrait la (le) croire. Car de l'autre côté, le (la) coupable est une personne respectable... Très respectable...

Pourtant, ce ne sont pas les proverbes ou autres citations qui manquent: «L'habit ne fait pas le moine» , «la mauvaise réputation» de Georges Brassens, «Ces gens-là» de Jacques Brel et même des romans comme «Vipère au poing» d'Hervé Bazin... Dans tous les témoignages, plus la diffamation est grossière, plus elle passe facilement. On finirait pas se demander si cela nourrit la psychose des gens de vouloir croire de telles monstruosités...


02/05/2019
0 Poster un commentaire